• A l'automne 1940, dans de nombreuses villes de France, se réunissent des petits groupes de personnes, généralement associées par des réseaux issus de l'avant-guerre : politiques, syndicaux, voire religieux ou sportifs. On y discute de questions simples dans la formulation, mais auxquelles on est bien en peine, faute de moyens et surtout de perspectives d'action, d'apporter même une esquisse de réponses précises : Que s'est-il passé ? Pourquoi ? Pourra-t-on un jour chasser les Allemands ? Ont-ils gagné la guerre ? Quelle attitude à avoir vis-à-vis du régime de Vichy, du maréchal Pétain ? Que faire ?...

    Certains de ces regroupements aboutissent, après des mois de décantation et de recompositions successives, à la constitution de noyaux qui, franchissant encore un palier supplémentaire, sont à l'origine des grands "mouvements" en zone sud : Combat, Franc-Tireur, Libération. La plupart des autres, comme c'est le cas à Grenoble, faute de passer eux-mêmes ces paliers, s'intègrent dans la toile que tissent ces mouvements en constitution, pour devenir leurs antennes locales. Il en est ainsi avec les amis de Marie Reynoard, professeur au lycée Stendhal, à l'origine fin 1941, de l'antenne grenobloise de Combat, comme avec ceux de Marguerite Gonnet, l'épouse du directeur de l'office de tourisme de Grenoble pour l'antenne locale de Libération-Sud. Un autre groupe se constitue autour du docteur Léon Martin. Dreyfusard dans sa jeunesse étudiante, militant de la SFIO et de la Ligue des Droits de l'Homme, l'un des quatre-vingts parlementaires ayant rejeté le 10 juillet 1940 les pleins pouvoirs au maréchal Pétain, il dispose d'un important capital de relations sociales dans l'agglomération, mais aussi de revenus, de moyens de communication et de loisirs lui permettant de se déplacer facilement, un avantage considérable alors... Comme il l'écrit lui-même après guerre : "Les Républicains, ceux qui veulent vivre dans la liberté, se réunissent pas petits groupes, dans les arrière-boutiques, dans les appartements discrets. Ils vont se rendre visite la nuit et dans la journée, aux heures où la police va prendre ses repas. Ils se rencontrent le 11 novembre au monument aux Morts, au monument des Trois Ordres, à celui des Diables bleus, et aussi les 1er mai, 14 juillet, 22 septembre. Foule peu nombreuse, ce sont toujours les mêmes qui sont là", Aimé Pupin, ancien rugbyman, tenancier du café la Rotonde, rue du Polygone, le cheminot Paul Deshières, le garagiste Eugène Ferrafiat et Eugène Chavant. Sont aussi présents, selon Pupin, Abel Demeure, Marin Dentella, Henri Cocat, le cheminot Jean Veyrat et quelques autres encore...

    Entrée en Résistance

     [Le monument des Diables Bleus, parc Mistral]

    Entrée en Résistance, partie I : qui était Eugène Chavant ?

    [Monument du café de la Rotonde (près de la gare SNCF)]

    La plupart ne sont certes pas, compte tenu des critères de l'époque, des hommes jeunes. L'aîné, Léon Martin, a 67 ans, Paul Deshières, 43 ans, Eugène Chavant, 45 ans, quant au plus jeune, Aimé Pupin, il a 35 ans...

    Si presque tous sont encartés à la SFIO, ils n'ont jamais, en dehors de Léon Martin, exercé des fonctions politiques nationales, ni même départementales. (...) Mais tous ont des carnets d'adresses bien garnis, issus de leurs activités professionnelles et militantes. Ce sont en effet, comme c'est souvent le cas alors, des militants multicartes", membres d'organisations diverses de la nébuleuse socialiste. Pupin milite ainsi à la Fédération Sportive et Gymnique du Travail (FSGT), Ferrafiat à la Libre Pensée dont il était, avant guerre, le trésorier départemental, Chavant à la fédération ouvrière et paysanne des anciens combattants (FOP). Si Léon Martin est connu comme franc-maçon, cela ne semble être le cas ni de Pupin ni de Chavant.

    Nous ne savons rien du contenu de leurs réunions, qui n'ont pas laissé de trace écrite connue, tant à l'automne-hiver 1940 qu'en 1941. Les seules sources sont des témoignages postérieurs à la guerre. Pour Aimé Pupin : "Toute l'année 1941 [...] se passe dans l'attente...Nous écoutons religieusement la radio de Londres. Nous lisons et transmettons des tracts clandestins qui nous parviennent on ne sait d'où. Nous parlons entre amis". Ces petits noyaux de bonne volonté [...] "dans les ténèbres de la révolution Nationale" se réunissent dans l'arrière-salle de la pharmacie du docteur Martin, 125 cours Berriat, dans le café d'Aimé Pupin, ou dans d'autres échoppes.

    (...) Ecouter, parler, transmettre, c'est l'activité de ces fragiles noyaux de 1940-1941, à Grenoble comme ailleurs. Celui du docteur Martin a cependant une particularité, rappelée dans tous les témoignages des protagonistes. Leur objectif initial est de "relancer clandestinement le parti socialiste", comme Eugène Chavant le confie en 1967 à Paul Dreyfus. Cet objectif prend un sens plus concret après la visite en août 1941 de Raymond Gernez, ex-député socialiste du Nord, qui propose au groupe de diffuser Le Populaire clandestin. La rencontre avec Jean-Pierre Lévy, dirigeant lyonnais du mouvement Franc-Tireur, élargit l'activité du groupe à la diffusion du journal éponyme.

    Comme c'est souvent le cas, (...) le mentor initial est une personnalité reconnue...mais très connue des services de police. C'est le cas du docteur Martin, qui ne peut guère aller au-delà de son rôle d'impulsion initiale et d' "homme de contacts". D'une certaine manière, c'est le cas d'Eugène Chavant, connu et reconnu aussi comme ancien élu. L'homme d'action est donc, jusqu'à son arrestation le 28 mai 1943, le cafetier Aimé Pupin. C'est lui qui, inlassablement, tisse la toile des contacts nécessaires aux premiers camps de réfractaires installés à l'hiver 1942-1943 dans le Vercors. Que savons-nous du rôle de Chavant, dans ces temps obscurs ? Peu de choses...

     

    (Source : Eugène Chavant, du "poilu" au chef de maquis - Gilles Vergnon)

    Yahoo!

    2 commentaires
  • 1/ Saint-Hilaire-du-Touvet

    Les monuments commémoratifs en Isère (communes de S à Z)

    Les monuments commémoratifs en Isère (communes de S à Z)

    2/ Saint-Martin d'Hères

    Les plaques et monuments commémoratifs en Isère (hors Grenoble)

    Les plaques et monuments commémoratifs en Isère (hors Grenoble)

    Les monuments et plaques commémoratifs en Isère 

    3/ Venon 

    Les plaques et monuments commémoratifs en Isère (hors Grenoble)

    4/ Vizille

    Les monuments commémoratifs en Isère (communes de S à Z)

    Les monuments commémoratifs en Isère (communes de S à Z)

    Les monuments et plaques commémoratifs en Isère

    Les monuments commémoratifs en Isère (communes de S à Z)

    Les monuments commémoratifs en Isère (communes de S à Z)

     

     (A suivre...) 

     

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Grenoble est libérée ! Les premiers Américains

    Directeur du Musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère, Olivier Cogne est formel : "Les premiers Américains à entrer dans Grenoble furent ceux du 143ème Régiment d'infanterie de la 36ème Division, commandée par le colonel Paul Adams, qui avait établi son quartier général à l'auberge Napoléon, rue Montorge. Ce n'est qu'ensuite que la relève a été assurée par les hommes de Philip Johnson, du 179ème Régiment de la 45ème Division, qui sont arrivés le 23 août."

    [1] L'auberge Napoléon en 2014 (rue Montorge) :

    Grenoble est libérée ! Les premiers Américains 

    [2] Plaque à la mémoire de Philip Johnson (parvis des Droits de l'Homme, au Jardin de Ville) :

    Grenoble est libérée ! Les premiers Américains

     

    En revanche, tout le monde a oublié - ou presque... - l'arbre planté le 28 août 1976 par la Royal Air Force Escaping Society dans le parc Albert-Michallon qui, jeune chirurgien gaulliste du maquis du Grésivaudan, allait opérer les aviateurs anglais abattus ou réfugiés dans la région.

    Albert Michallon (Buridan) fut ensuite élu maire en 1958, et décrocha, à Innsbrück (Autriche), les Jeux Olympiques de 1968.

    [3] L'arbre du parc Albert-Michallon :

    Grenoble est libérée ! Les premiers Américains

    Grenoble est libérée ! Les premiers Américains

    Grenoble est libérée ! Les premiers Américains

     

    (Source : article du Dauphiné Libéré du jeudi 21 août 2014)

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Les 21 et 22 août 2014 eut lieu la commémoration du 70ème anniversaire de la libération de Grenoble.

    Afin de fêter cet évènement, un défilé de véhicules anciens et de militaires en tenues d'époque est parti du Jardin de Ville pour arriver au Parc Paul-Mistral.

    Voici quelques photos prises sur le boulevard Maréchal-Lyautey et au parc Paul-Mistral :

     

    Ci dessous : une Citroën Chausson.

     Un camp de base américain était installé au parc Paul-Mistral (au fond, à gauche : la mairie de Grenoble : à droite : la tour Perret)

     

     

     

     

     

    Yahoo!

    3 commentaires
  • Les 21 et 22 août 2014 eut lieu la commémoration du 70ème anniversaire de la libération de Grenoble.

    Afin de fêter cet évènement, un défilé de véhicules anciens et de militaires en tenue d'époque eut lieu est parti du Jardin de Ville pour arriver au Parc Paul-Mistral.

    Voici quelques photos prises au Jardin de Ville et place de Gordes :

     

     

    Yahoo!

    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique